Les Pathologies

Main

Rhizarthrose

Description

C’est l’arthrose du pouce (coxarthrose=hanche, gonarthrose=genou, omarthrose=épaule).

A la base du pouce est située l’articulation trapézo-métacarpienne qui met en contact 2 os ; l’os trapéze et le premier métacarpien. Ce sont ces 2 os qui finissent par s’user et frotter l’un contre l’autre comme dans toute dégradation arthrosique, et provoque des douleurs et une raideur avec déformation du pouce. Cette pathologie prédomine chez la femme. Les causes sont variables ; hypersollicitation du pouce, les traumatismes,  hérédité (arthrose familiale), maladie rhumatismale.

Traitement possible

Lorsque la symptomatologie douloureuse est intermittente, le traitement est médical : repos par petite orthèse du pouce, anti-inflammatoire et antalgiques, anti-arthrosique et chondro-protecteur, et enfin infiltration c’est à dire une injection d’anti-inflammatoires dans l’articulation dégradée.

Les formes plus sévères ou ne répondant pas au traitement médical sont traitées chirurgicalement. Ce traitement chirurgical consiste à supprimer le frottement douloureux des 2 os usés :

  • soit en soudant cette articulation dégradée, c’est l’arthrodèse trapézo-métacarpienne. Cette intervention reste exceptionnelle,
  • soit en enlevant le trapèze et en reconstruisant un ligament ; c’est la trapézectomie-ligamentoplastie,
  • soit en remplaçant l’articulation arthrosique par une mini-prothèse semblable à une prothèse de hanche.

Ces 2 dernières interventions sont fréquemment indiquées et permettent de corriger la déformation et de retrouver un pouce quasiment indolore et souple.

Conséquences de l’intervention

Un pansement à réaliser par une infirmière un jour sur 2 est nécessaire jusqu’à cicatrisation (1 à 2 semaines). Une petite orthèse protectrice est mise en place pour environ un mois, mais il est autorisé de la quitter de temps à autre pour bouger progressivement le pouce opéré.

Le résultat fonctionnel s’apprécie entre le 3ème mois et 6ème mois.

Complications

Il n’existe pas d’acte chirurgical sans risque de complications secondaires :

  • l’infection post-opératoire
  • l’algodystrophie: main gonflée, douloureuse, rouge avec transpiration, puis raideur. L’évolution est traînante plusieurs mois, plusieurs années, des séquelles sont possibles.
  • les lésions nerveuses ou tendineuses sont exceptionnelles
  • les complications an cas de prothèse : infection, luxation, usure.

Votre chirurgien est le mieux placé pour répondre à toutes les questions que vous vous poseriez avant ou après votre intervention. N’hésitez pas à lui en reparler avant de prendre votre décision.