Les Pathologies

Main

Syndrome du canal carpien

Description

C’est une pathologie due à la compression d’un nerf important à la paume de la main: le nerf Médian.
Ce nerf est coincé dans le tunnel carpien, sorte de gouttière osseuse formée par les os du poignet en dessous fermée par un puissant ligament au dessus.
Le syndrome du canal carpien survient le plus souvent chez la femme autour de la cinquantaine. Certaines activités ou hypersollicitation peuvent parfois être responsable de cette pathologie (maladie professionnelle) avec la possibilité d’atteinte bilatérale.
Il se traduit essentiellement par des picotements ou fourmillements, puis de véritables engourdissements notamment la nuit au début persistant ensuite le jour. L’aggravation est marquée par une perte de la sensibilité sur certains doigts voire la fonte musculaire de petits muscles du pouce (atrophie musculaire) confirmant alors une atteinte sévère et ancienne.

Traitements possibles

Il ne faut pas laisser évoluer et aggraver la compression car elle peut entraîner des séquelles irréversibles. Après la réalisation d’un électromyogramme (enregistrement du courant électrique véhiculé par le nerf) qui vient confirmer le diagnostic et juger de l’importance de la compression nerveuse, le traitement est décidé. Si la compression est débutante, une infiltration, c’est à dire une injection d’anti-inflammatoires dans le tunnel carpien, peut être proposée. La chirurgie est proposée lorsque l’atteinte est déjà marquée à l’électromyogramme ou lorsque le traitement médical est inefficace.

L’intervention, généralement sous anesthésie loco-régionale en hospitalisation ambulatoire, a pour but de libérer le nerf comprimé en ouvrant le canal par une mini-incision, voire à l’aide d’une petite caméra (vidéochirurgie) plus d’informations

Les suites de l’intervention

Un pansement à réaliser par une infirmière un jour sur 2 est nécessaire jusqu’à cicatrisation (2 à 3 semaines). Il est autorisé de bouger ses doigts et se servir de sa main doucement, sans forcer, dès le lendemain de l’intervention.
Les douleurs et picotements disparaissent en général très vite, parfois dès la première nuit. La sensibilité et le cas échéant l’atrophie musculaire récupèrent plus lentement mais parfois incomplètement.
Certains mouvements peuvent être douloureux quelques temps, de même que la zone opérée qui peut rester sensible à la pression pendant plusieurs mois.
L’arrêt de travail est compris selon les professions entre 15 jours et 3 mois.

Complications

Il n’existe pas d’acte chirurgical sans risque de complications secondaires :

  • l’infection post-opératoire
  • l’algodystrophie: main gonflée, douloureuse, rouge avec transpiration, puis raideur. L’évolution est traînante plusieurs mois, plusieurs années, des séquelles sont possibles.
  • les lésions nerveuses ou tendineuses sont exceptionnelles
  • la récidive est inhabituelle mais n’est jamais exclue.

Votre chirurgien est le mieux placé pour répondre à toutes les questions que vous vous poseriez avant ou après votre intervention. N’hésitez pas à lui en reparler avant de prendre votre décision.