Les Pathologies

Epaule

Conflit sous acromial

Description

Le conflit sous-acromial de l’épaule est probablement la source de douleur la plus fréquente de l’épaule après 40 ans. Il est en rapport avec le vieillissement des tendons de la coiffe des rotateurs. Ce syndrome correspond au premier stade de l’usure de la coiffe des rotateurs.

DEFINITION ET ANATOMIE

La coiffe des rotateurs est l’ensemble des muscles et des tendons qui entourent la tête de l’humérus au niveau de l’articulation de l’épaule. Ces muscles servent à donner la force pour permettre l’élévation du bras et ses diverses rotations, mais participent également à la stabilité de l’épaule.

Avec l’âge, le tendon du sus-épineux, le plus souvent atteint, perd ses qualités élastiques, s’épaissit, et vient entrer en conflit avec l’acromion (acromion : partie de l’omoplate située au-dessus du tendon). Ce frottement répété contribue à la formation d’un bec osseux situé sous l’acromion appelé ostéophyte. En retour, ce bec osseux vient agresser la partie superficielle du tendon sous-jacent, et provoque l’accélération de son usure et des douleurs de passage.

SYMPTOMES

Les douleurs de conflit antérieur de l’épaule sont de survenue le plus souvent spontanée, sans effort déclenchant, ni notion de traumatisme. Elles sont d’aggravation progressive avec le temps. Au début elles sont souvent liées au mouvement, et sont perçues à l’occasion de gestes courants, comme enfiler ou ôter un vêtement, ou encore verser à bout de bras. Puis, elles deviennent nocturnes et réveillent souvent le patient au milieu de la nuit. La force du bras reste le plus souvent conservée en dehors des épisodes douloureux aigus.

DIAGNOSTIC ET EXAMENS COMPLEMENTAIRES

L’âge du patient (après 40 ans), le caractère des symptômes et l’examen clinique précis effectué par le praticien contribuent au diagnostic de conflit sous-acromial. Les manoeuvres d’examen servent à mettre en évidence les douleurs provoquées lorsque le tendon du sus-épineux vient accrocher le bec de l’acromion. Ce passage s’avère pénible. Le plus souvent la mobilité et la force du bras sont conservées.

La radiographie standard : elle peut montrer un acromio « barbu » voire « crochu ».

Dans certains cas, le patient peut présenter une tendinopathie calcifiante, le plus souvent au niveau du sus-épineux.

L’arthro-TDM et l’IRM : même si les tendons de la coiffe sont continus dans la plupart des cas, ces 2 examens permettent de visualiser des ruptures partielles et aident à préciser ce diagnostic. Au cours de ces examens, une infiltration de corticoïdes peut être réalisée par le radiologue.

Traitement possible

Le traitement conservateur

Il comprend :

  • Kinésithérapie pour renforcer les muscles abaisseurs de l’épaule
  • 1 à 2 infiltrations de corticoïde

La chirurgie :

Elle est réservée uniquement en cas d’échec du traitement conservateur bien conduit. Celle-ci se fait sous arthroscopie et consiste à « rabotter » l’acromion pour le rendre moins agressif.

Les suites de l’intervention

Si le geste peut se faire en ambulatoire et ne dure que 30 minutes en moyenne, il n’en demeure pas moins que les suites sont souvent longues. L’amélioration se fait sur 4 à 6 mois. La rééducation est entreprise dès les premiers jours après l’intervention. Le port d’une écharpe à visée antalgique est prôné les 2 premières semaines.

Complications 

Elles sont rares :

  • La raideur ou capsulite rétractile (=Algodystrophie) qui nécessite des soins de kiné pendant près d’une année
  • L’infection est exceptionnelle sous arthroscopie
  • La rupture tendineuse n’est pas une complication de la chirurgie mais plus une conséquence d’un conflit non traité.

Il faut garder à l’esprit que la guérison est souvent lente.

En résumé

Le conflit sous-acromial est la cause la plus fréquente de douleur de l’épaule après 40 ans. Il est dû à un début d’usure des tendons de la coiffe des rotateurs. Il doit toujours être traité par de la kinésithérapie et une infiltration. En cas d’échec, une acromioplastie sous arthroscopie peut être proposée au patient.